Derniers posts

  • Cinquante nuances de Croquette A l'occasion de la diffusion du reportage "Quelles croquettes pour nos bêtes ?" en ce moment sur France 5 (dernière diffusion aujourd'hui à 17H35), je vous propose de faire ...
    Publié à 15 oct. 2017 à 03:22 par Chat Kras
  • Chatkrastuces - Saison 1 Raccourcis vers les articles :   Chatkrastuce #1  Chatkrastuce #2 Chatkrastuce #3  Chatkrastuce #4  Chatkrastuce #5  L'été se termine et c'est déjà la rentrée avec son lot de bonnes résolutions ...
    Publié à 29 sept. 2017 à 13:46 par Chat Kras
  • Bien-être & Relations Homme/Animal Ce sujet me tient particulièrement à cœur. Je ne suis pas insensible à la souffrance humaine mais j'arrive à me raisonner, à relativiser pour me "protéger" surtout lorsque je ...
    Publié à 4 mai 2016 à 02:40 par Chat Kras
  • Pourquoi des consultations de comportementaliste à distance ? On m'a plusieurs fois demandé pourquoi je proposais mes services seulement à distance. Les raisons de ce choix sont multiples et ont été murement réfléchis. J'aurais pu proposer ...
    Publié à 2 mars 2017 à 10:43 par Chat Kras
  • Me, myself and I Je commence ce blog par un post sur moi, pas très original me direz-vous ! Alors je vous zappe le couplet sur ma passion pour les animaux datant de mon ...
    Publié à 10 avr. 2017 à 03:54 par Chat Kras
Affichage des messages 1 - 5 de 5 Afficher plus »


Cinquante nuances de Croquette

publié le 15 oct. 2017 à 03:22 par Chat Kras

A l'occasion de la diffusion du reportage "Quelles croquettes pour nos bêtes ?" en ce moment sur France 5 (dernière diffusion aujourd'hui à 17H35), je vous propose de faire le point sur les débats autour des croquettes.

annonce programme tv

Historiquement, les croquettes bas de gamme de supermarchés ont mauvaise réputation pour le  consommateur averti. On leur fait un peu les mêmes reproches que pour les produits industriels de types "Junk food" à consommation humaine : trop salé / trop gras / trop sucré. Mais depuis quelques années, une nouvelle tendance se répand comme une trainée de poudre. Les forums et sites spécialisés pointent du doigt également les croquettes de marques ayant pignon sur rue, vendues en animaleries et cliniques vétérinaires.

Croquettes de supermarchés et croquettes haut de gamme seraient à mettre dans le même panier. En cause, les céréales contenues dans les recettes de ces croquettes n'étant pas adaptées au régime alimentaire des chats. En effet, l'anatomie du chat ne lui permet pas de digérer les céréales même s'il en ingère forcément une infime quantité en mangeant des rongeurs dont l'estomac en est rempli. Les céréales sont donc plus à considérer comme un additif technologique pour aider à la formation des boulettes que comme un constituant ayant un réel apport nutritionnel. De plus, les céréales sont des glucides et font monter en flèche la glycémie des chats avec un risque de développer un diabète à terme. Enfin, on retrouve dans les céréales les fameuses mycotoxines néfastes pour la santé (perturbateurs endocriniens, effets carcinogènes et mutagènes, troubles gastro-intestinaux et néphrétiques entre autres) lorsque les denrées sont mal stockées. De nouvelles marques et gammes de produits voient alors le jour avec l'argument vendeur de proposer des croquettes sans céréales (ce n'est pas sans rappeler la mode du "gluten free" !).

chat chassant une souris mangeant des céréales

On se pose aussi des questions sur la qualité et la quantité de protéines animales qui composent ces croquettes. On nous sert le scandale des protéines issues de "sous produits animaux". La viande que nos chats mangent dans leurs croquettes c'est en fait un mélange de cartilages, os, tendons, peaux, plumes, becs, pattes, laines, etc. En soit ce n'est pas si illogique que cela pour la plupart de ces éléments. En effet, quand un chat mange un oiseau ou une souris, il ne va pas trier sa nourriture, tout est mangé ! Et la nature est bien faite, un chat qui ne mangerait que du muscle, la partie noble de la viande, serait très carencé, notamment en calcium. Le hic c'est que dans certains types de croquettes, l'équilibre entre abas & co et viande noble n'est pas maintenu. Il faut alors bien vérifier à prendre un produit dont la teneur en protéines est suffisante et dont la composition ne contient pas exclusivement des sous-produits. Attention aux taux de calcium / phosphore car les aliments plus riches en "viande" sont souvent déséquilibrés sur ce point.

chat devant un plat de poissons

Tout cela étant mis sur le tapis, nous posons nous les bonnes questions ? Il y a plusieurs faits passés sous silence qui peuvent encore une fois faire douter de la bonne foi des fabricants.

Premièrement, les gammes de croquettes sans céréales contiennent en général au moins des pommes de terre ou du riz, c'est à dire encore des glucides (et le riz reste une céréale) ! Est ce sensé plus sain pour nos chats sachant que ces aliments ont un index glycémique élevé à l'instar des traditionnels blé, orge, avoine, seigle et ne sont pas plus digestes ? Et si je vous dis que depuis quelques années, on se retrouve face à une surproduction de pommes de terre, vous voyez la supercherie ? Je n'ai trouvé jusqu'à présent qu'une seule gamme de croquettes sans pommes de terre ou riz ni céréales !

Deuxièmement, il faut savoir que pour fabriquer les croquettes, les ingrédients sont cuits à très haute température, vitamines, enzymes, ou minéraux ne peuvent être préservés. Pour obtenir un aliment complet (répondant à tous les besoins d'un chat), les fabricants doivent rajouter artificiellement tout ce qui manque, ce sont les additifs nutritionnels, constitués de vitamines de synthèse et autres éléments de synthèse. Des déchets des abattoirs constituant la viande tant revendiquée pour nos animaux il reste essentiellement des fibres. Finalement, on est pas loin des croquettes végétariennes tant décriées et qui pourtant contiennent les mêmes additifs nutritionnels. Seul le support change : végétaux d'un coté, produits et sous produits animaliers de l'autre coté. Mais à haute température, quelle différence ? On peut se le demander ...

Voilà comment on se débarrasse de denrées en surproduction et comment on recycle des déchets issus de l'élevage à prix d'or. Un marché juteux qui a encore de beaux jours devant lui !

Alors que faire ?
L'alternative la plus saine et proche de leurs besoins semble être le raw feeding, alimentation essentiellement à base de viande noble (muscles), d'os et d'abats. Malheureusement, tout le monde ne peut se lancer dans cette aventure couteuse en temps et en argent. Il faut beaucoup se renseigner sur la méthode pour éviter le piège des carences et être en mesure de se rendre disponible plusieurs fois par jour pour la distribution des repas (qui se conservent mal à température ambiante).
La solution nommée pâtée nécessite aussi d'être souvent présent à la maison pour la distribution des repas et le choix en pâtée de qualité et estampillée produit complet est limité.
Enfin, si votre seule option reste les croquettes, selectionnez en deux ou trois modèles que vous donnez en même temps à vos chats pour limiter leurs défauts respectifs. Minimisez l'apport en glucide et sel, maintenez un rapport calcium/phosphore entre 1 et 1,5 et surveillez que votre chat boive suffisamment (environ 5 cl par kilo du poids du chat).

Mise en garde : Je ne suis pas vétérinaire : ces informations sont données à titre informatif. Elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager ma responsabilité ou celle du site chatkras quant à vos choix alimentaires concernant vos chats. Pensez à consulter votre vétérinaire pour tout usage thérapeutique. Lui seul peut établir le diagnostic et vous proposer une alimentation adaptée à votre situation particulière et des contre-indications qui s'y appliquent éventuellement.

Pour aller plus loin :

Chatkrastuces - Saison 1

publié le 1 sept. 2017 à 13:55 par Chat Kras   [ mis à jour : 29 sept. 2017 à 13:46 ]


L'été se termine et c'est déjà la rentrée avec son lot de bonnes résolutions. Fini les dodos après 21h, les glaces à tous les goûters, la journée sans devoirs pour les enfants et la sieste et les apéros pour les parents, on reprend les choses en main !

Et si on en profitait pour repartir du bon pied avec nos greffiers sacs à puces chats aussi ?
Pendant un mois, chaque semaine Chatkras partage une astuce pour s'occuper de nos félins au quotidien !

Chatkrastuce #1 - 01/09/17
Minet et vous êtes restés ensemble une bonne partie de l'été. Lundi vous reprenez le chemin du travail et les bambins celui de l'école. Minet se retrouvera seul à la maison et risque de s'ennuyer. Pour lui redonner un rythme, pensez à lui consacrer un temps de jeu tous les jours en rentrant pour qu'il se dépense.
C'est vrai ce n'est pas facile, c'est la course le soir (supervision des devoirs, préparation du diner, bain du petit dernier, ...) mais seulement 15 minutes de jeu peuvent faire toute la différence pour lui. Chaque membre de la famille peut s'occuper de jouer avec lui à tour de rôle comme cela tout le monde participe ! Et pendant le film ou en allant se coucher (pour ceux qui acceptent la cohabitation dans la chambre), on fait un gros câlin. 
Jeux et calins sont importants pour son équilibre physique et psychique.

calins entre un chat et une petite fille



chaton qui joue

Bien-être & Relations Homme/Animal

publié le 9 mars 2016 à 06:28 par Chat Kras   [ mis à jour : 4 mai 2016 à 02:40 ]

Rapprochement entre une jeune fille et un chat

Ce sujet me tient particulièrement à cœur. Je ne suis pas insensible à la souffrance humaine mais j'arrive à me raisonner, à relativiser pour me "protéger" surtout lorsque je ne peux rien changer à la situation. Ce recul, j'ai beaucoup de mal à le garder lorsqu'il s'agit de la souffrance animale. Peut-être parce que je suis un animal réincarné en humain lol. Qui sait !

Plus sérieusement, je pense que mon hypersensibilité face à la souffrance animale vient du fait que l'espèce humaine manque souvent de considération pour eux. Leur souffrance passe inaperçue, silencieuse et banalisée. On s'indigne du sort réservé aux femmes dans certains pays, aux enfants dans la misère, à d'autres humains opprimés, etc. Et c'est bien normal ! On est en empathie avec eux. Mais avec les animaux c'est différent ... Comme si leurs vies n'avaient pas de valeur ... ou que leurs souffrances étaient moins intenses que les nôtres.

Certaines personnes n'ont même pas conscience de ce que leurs habitudes, préférences, éducation et culture ont comme impact négatif direct ou indirect sur le bien-être des animaux. La sur-consommation de viande, l'achat de certaines fourrures/laines/peaux sont des pratiques qui commencent à interpeler les foules mais qu'en est-il des loisirs impliquant des animaux (cirques, zoos, parcs aquatiques ...), des adoptions sur un coup de tête d'animaux de compagnie, des produits non médicaux testés sur animaux ?

La maltraitance est quelque chose qui peut s'immiscer dans nos vie de façon très insidieuse ... Maltraiter un animal peut être fait de façon complètement involontaire. Parce que les relations Homme/Animal se dégradent, deviennent ingérables. Parfois même, cela arrive alors qu'on pense bien faire. Et pourtant ! Lorsqu'on va à l'encontre des besoins éthologiques (c'est à dire inhérents à l'espèce) de son animal par manque d'information, on provoque un mal-être chez lui qui peut être considéré comme une forme de maltraitance.

En grandissant, je suis devenue une végétarienne et shoppeuse responsable, me tenant à l'écart de toute attraction animalière. Je contribue à réduire la souffrance des animaux d'élevage à mon échelle. Et ce n'est qu'une goutte dans l'océan ! En exerçant en tant que comportementaliste, j'ai l'opportunité et la responsabilité d'en faire plus pour la cause animale. Je fais et ferai toujours tout pour vous aider, vous et vos animaux, à vivre dans un bien-être partagé.

Je partage avec vous le mémoire que j'ai rédigé dans le cadre de ma formation de comportementaliste Humanimalis, intitulé "Le syndrome de l’animal aidant : Causes, conséquences et prises en charge". Il traitre du bien-être animal dans le cadre des relations d'aide (zoothérapies, handichien, aide domestique entre autres). Ce n'est pas de la grande littérature, mais j'espère sincèrement qu'à sa lecture vous vous sentirez encore plus proche des animaux, en empathie avec eux, pour que les gouttes d'eau que vous êtes vous aussi rejoignent l'océan de la cause animale. Ensemble nous pouvons leur rendre leur place à part entière d'habitants respectés de la Terre.

P.S. : Pour voir le document, vous devez 1) être connecté à votre compte google et 2) installer/activer le plug-in Drive si cela vous est demandé. Cliquez ensuite sur l'encadré pour accéder au document.


Pourquoi des consultations de comportementaliste à distance ?

publié le 28 févr. 2016 à 02:59 par Chat Kras   [ mis à jour : 2 mars 2017 à 10:43 ]

On m'a plusieurs fois demandé pourquoi je proposais mes services seulement à distance. Les raisons de ce choix sont multiples et ont été murement réfléchis. J'aurais pu proposer des consultations en cabinet ou à domicile. Mais ces options ne me paraissent pas pertinentes pour un comportementaliste spécialiste du Chat.

Tout d'abord, le Chat est une espèce très territoriale et peu encline aux déplacements. En effet, tout déplacement cause beaucoup plus de stress à un chat qu'à un chien par exemple, même s'il existe des cas particuliers. Beaucoup de propriétaires limitent ainsi les déplacements aux incontournables visites chez le vétérinaire. Et aller voir un comportementaliste en cabinet sans le chat n'a aucun intérêt par rapport à une consultation à distance par système de visio. Cela raye définitivement l'option des consultations en cabinet de la liste des choix pertinents.

Ensuite, le Chat est une espèce facilement socialisable à l'Homme mais cela ne l'empêche pas d'être très sensible aux changements, notamment à la présence d'"intrus" sur son territoire. Certains chats sont très familiers avec les étrangers et continuent leurs occupations habituelles sans sourcier mais ce n'est pas non plus automatique. Attention, dans le cas de visite à domicile par un comportementaliste la donne est très différente. D'une part, qui dit consultation, dit souvent chat en stress, donc à ce moment-là ses réactions face aux étrangers ne seront plus forcément les mêmes. D'autre part, il y a peu de chance pour que le chat reproduise un comportement indésirable ou des troubles du comportement "à la demande" devant un inconnu.

Enfin, même si je suis titulaire du certificat de capacité m'autorisant à manipuler des chats, dans le cadre de consultations en comportements félins, cela n'a aucun intérêt. En effet, on ne peut pas dresser ou éduquer un chat de la façon dont on le fait pour un chien. Les propositions de réharmonisation des relations Homme/Chat passent par des thérapies comportementales, des adaptations environnementales et des recadrages éthologiques dont la mise en place est seulement possible par les propriétaires sur la base d'un plan fourni par le comportementaliste. Le comportementaliste n'agit donc jamais directement sur un chat. Le seul apport d'un déplacement à domicile est de voir l'environnement du chat. Cela fait cher le déplacement (à votre charge) quand on sait à quel point il est facile et peu onéreux aujourd'hui de prendre des photos/vidéos et de les partager. Peut-être même aurez-vous la chance de capturer dans la boite le(s) comportement(s) pour lesquels vous souhaitez consulter ! Cela raye définitivement l'option des consultations à domicile de la liste des choix pertinents.

CQFD !

Avantages des consultations à distance :
  • zéro stress pour votre chat
  • choix plus large pour trouver le comportementaliste qui vous convient
  • plus de liberté dans le choix des rendez-vous
  • aucun frais de déplacement 

chat consulté à distance

Me, myself and I

publié le 23 févr. 2016 à 05:50 par Chat Kras   [ mis à jour : 10 avr. 2017 à 03:54 ]

Photo de moi
Je commence ce blog par un post sur moi, pas très original me direz-vous ! Alors je vous zappe le couplet sur ma passion pour les animaux datant de mon enfance : généralement quand on souhaite exercer en tant que comportementaliste animalier, c'est qu'on aime les animaux (sinon passez votre chemin !).

Diplômée d'un Doctorat en science depuis 10 ans, j'ai développé au fil du temps un esprit d'analyse et j'ai affuté mon naturel déjà curieux. Mon métier d'enseignement me plait et cela fait partie intégrante de ma personnalité. Pour m'accomplir pleinement, je souhaite mettre mon sens de l'écoute et mes facilités pédagogiques au service de la cause animale et je compte toujours réserver une bonne partie de mon temps de comportementaliste aux associations d'aide aux animaux.

Concernant mes connaissances en comportement animalier, j'ai effectué les formations suivantes :
Distinction Paw Academy Award level 1

J'ai un autre projet de formation, un peu plus théorique cette fois. Je reviendrai vous en parler dans quelques temps.

Je suis partisane de la philosophie du "on est jamais assez formé". Je parfais donc mes connaissances avec des lectures spécialisées, en suivant des conférences et séminaires sur le comportement animal et j'ai également de très bons professeurs poilus à la maison depuis toute petite :-).

Mise à jour du 10/04/2017 : Une autre formation me tenait à cœur pour prendre du recul sur le métier de comportementaliste. Un cours universitaire d'introduction à l'éthologie, 10 semaines très intenses abordant différents aspects du comportement animal, organisées par l'université d'Oxford. J'ai enfin mené ce projet à bien et je reviens avec encore de nouveaux outils pour aider vos loulous !


Mosaïque de photos de mes chats

1-5 of 5